A propos du "Journal Libyen" de Bernard-Henri Lévy

BHL a MisrataJ’ai joint Bernard-Henri Lévy. Il ne veut pas en dire plus, sur son prochain livre, que ce qu’en disait Le Figaro d’hier. J’ai tout de même compris que ce livre se présente comme un journal. Bernard-Henri Lévy, les lecteurs de ce site le savent, et il en parlait notamment dans son échange de correspondances avec Michel Houellebecq, fait partie des écrivains qui tiennent un journal. Eh bien ce nouveau livre, La Guerre sans l’aimer (Grasset, 9 novembre), c’est ce journal, exactement ce journal mais expurgé de tout ce qui, de près ou de loin, ne concerne pas la Libye. On y lira donc, au jour le jour, parfois heure par heure, la chronique de son engagement pour la Libye libre. On y découvrira le détail de ses efforts pour que la Libye ne connaisse pas le même désastre que la Bosnie. J’ai compris aussi que l’auteur ne cache rien des interrogations ou des doutes qui ont pu, à certains moments, l’assaillir. Même si sa conclusion reste optimiste: il ne croit pas que le danger islamiste soit un danger sérieux dans cette Libye de l’après Kadhafi. Il continue, au terme de ses 650 pages, de voir dans la Libye un bon laboratoire des espoirs soulevés par les printemps arabes. Je vous en dis plus dès que j’en sais plus.

Liliane Lazar.


Tags : , , , , , , , , , , ,

Classés dans :