Affaire Sakineh: un message de Bernard-Henri Lévy

bhl portrait bienSakineh Mohammadi Ashtiani est désormais sous « la responsabilité » de la France. C’est ce que vient de déclarer, lors de la XVIIIème conférence des ambassadeurs, le Président de la République, Nicolas Sarkozy. Le mot est fort. Le geste a du panache. Et, pour les dizaines de milliers de Françaises et de Français, qui ont signé la pétition appelant à la grâce de la jeune iranienne condamnée á la mort par lapidation, pour les millions de femmes et d’hommes qui, partout dans le monde, ont dit l’horreur que leur inspire un verdict aussi abject qu’inique, c’est un inestimable renfort, un encouragement à poursuivre et l’espoir qui, soudain, renait. Peu importent, en la circonstance, les querelles politiques et les dissentiments d’idées. Oublions, pour un instant, la colère qu’inspirent au même moment telles ou telles mesures attentoires à la tradition d’hospitalité de la France. Cette main tendue à une femme menacée de la plus abominable des morts au prétexte qu’elle aurait commis le simple crime d’aimer est, pour nous tous, un soulagement et une joie. Ici, à La Règle du Jeu, on dit – une fois n’est pas coutume: merci, Monsieur le Président, de nous avoir entendus.
Bernard-Henri Lévy


Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :