Bernard-Henri Lévy invité du journal de Soir 3 (France 3 le 13/11/2011)

france 3 bhlBernard-Henri Lévy venait présenter au journal de Soir 3 « La Guerre sans l’aimer » (Editions Grasset), dimanche soir.

Lorsqu’on lui demande si son engagement en Libye est une question de conviction et de circonstances, il répond :

« C’est une question de conviction. Je suis un intellectuel qui pense que si des idées peuvent être appliquées,  c’est encore mieux.  Cela fait quarante ans que j’attends le moment où  mes idées , c’est-à-dire l’idée de la fraternité des peuples, l’idée de la solidarité humaine pourront enfin entrées dans le réel. Avec cette affaire libyenne c’est la première fois. Ce qu’on a raté en Bosnie, en Afghanistan, au Darfour, si souvent, toute cette vallée de larmes qu’a été ma génération, là elle a un débouché heureux. »

Ces idées, cette Histoire libyenne, « Un peuple qui sort de la nuit », nous dit Bernard-Henri Lévy, Bernard-Henri Lévy nous le livre dans cet ouvrage passionnant qu’est « La guerre sans l’aimer » (Editions Grasset).

Bernard-Henri Lévy intervient également sur la situation en Syrie. Bachaar al Assad le prochain sur la liste ? «  Il y a un théorème – que je crois j’établis dans « La guerre sans l’aimer ». Quand un peuple réclame la liberté et quand son dictateur lui plonge la tête dans son propre sang, le dictateur est condamné. Il y a une jurisprudence Kadhafi. Ce qui est arrivé à Kadhafi va arriver à Assad. C’est la leçon de ces derniers mois. »

Et à ne pas manquer, sa réaction sur les propos à Marine Le Pen concernant la Libye…


Tags : , , , , , , , , ,

Classés dans :