BHL : autoportrait d’un aventurier qui part et repart sur la route d’« hommes sans nom » (Sara Daniel, Le Nouvel Observateur)

24 août 2015, Mont Zartik, hauteurs de Mossoul. Photo by Alexis DUCLOS/Light Mediation.

En Afghanistan ou au Kurdistan, de Lesbos à Mogadiscio, Bernard-Henri Lévy a couru le monde. Dans son nouveau livre, il raconte pourquoi le philosophe s’est lancé dans l’action.

C’est le vade-mecum de l’intellectuel engagé qu’il a été depuis un demi-siècle. Dans le long avant-propos (« Ce que je crois ») qui précède le recueil de huit grands reportages réalisés pour « Paris Match » (« Ce que j’ai vu »), qui l’ont conduit de Kaboul à Mogadiscio, de Misrata à Lesbos, Bernard-Henri Lévy livre sa profession de foi, le sens de son engagement, son rapport à la mort. On ne l’attendait pas, même à l’heure des bilans, dans cet exercice de vérité, voire – osons le mot – d’humilité. Dans ses voyages, cet art du « décentrement », il avoue chercher ce moment « où l’on se déprend de soi ». Il reconnaît ses influences, ses dettes, et, pour la première fois peut-être, il confesse ses talons d’Achille qui font, paradoxalement, qu’un homme devient « immortel ».

Lire la suite : https://www.nouvelobs.com/idees/20210612.OBS45198/bhl-autoportrait-d-un-aventurier-qui-part-et-repart-sur-la-route-d-hommes-sans-nom.html


Tags : , , , , ,

Classés dans :