BHL : « La plus grande erreur, celle qui a le plus favorisé Daech, c’est la non intervention en Syrie » ( Paris Match, à propos de « L’Empire et les Cinq Rois »)

ZARTIK

Dans «L’empire et les cinq rois» (éd. Grasset), Bernard Henri-Lévy, écrivain et philosophe, fait le point sur le déclin de l’Empire occidental et la montée de ses ennemis.

Paris Match. Votre livre commence à Kirkouk, en décembre 2017, quand l’armée irakienne, soutenue par l’Iran, écrase les rêves de liberté des Kurdes…
Bernard-Henri Lévy. Oui. Cette défaite des Kurdes, lâchés par les Occidentaux, c’est l’équivalent de la bataille de Chéronée, quand Athènes perd sa puissance. C’est la bataille d’Andrinople, quand l’Empire romain commence à se défaire. C’est un micro-événement régional auquel personne ne prête attention, mais qui a des conséquences gigantesques et redessine l’ordre mondial.

D’autant que ces Kurdes, abandonnés, avaient mené la bataille contre Daech en première ligne…

En effet. Et il y a là non seulement une grande immoralité, mais un grand mystère. Car enfin, l’Occident a reculé devant quoi ? Ce n’était pas l’Armée rouge. Ni la Wehrmacht. C’était une armée irakienne qui s’était débandée deux ans plus tôt face à Daech, soutenue par des milices iraniennes. Comme si “l’empire”, c’est-à-dire les démocraties, était affecté d’un mal très profond, très énigmatique, qui le corromprait de l’intérieur.

En même temps, à l’instant où nous parlons, les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne lancent des frappes contre la Syrie, elle-même soutenue par la Russie.
Oui. Mais si modestes ! Une piqûre de guêpe sur une peau de crocodile. On sauve l’honneur, et c’est beaucoup. Mais on ne change pas fondamentalement le rapport des forces.

(…)

Sur les « cinq rois »

Ces “cinq rois” (Russie, Turquie, Iran, Chine, Arabie saoudite), qu’ont-ils en commun ?
Il y a eu l’âge des fascismes. Celui du communisme. Celui de l’islamisme radical. Et il y a, aujourd’hui, empruntant aux trois premières mais inventant autre chose, cette quatrième vague que je décris. Avec une attaque, sur cinq fronts, contre l’Europe et l’Occident.

(…)

Pouvez-vous préciser en quoi ces “cinq rois” représentent une menace directe pour l’Occident ?
Leur principale force est le chantage. Pour Erdogan, le chantage aux réfugiés. Pour Rohani, le chantage à l’arme atomique. Pour l’Arabie saoudite, c’est l’arme du djihadisme qu’elle a inspiré et financé par deux fois. Les quatrièmes, les Russes, exercent leur chantage à travers leurs médias bidon, gros producteurs de fake news, et visiblement capables de manipuler une élection démocratique ou de pousser un parti d’extrême droite. Quant aux Chinois, ils ont, eux aussi, leur arme de chantage : c’est leur quasi-monopole des “terres rares” qui remplaceront bientôt le silicium dans nos ordinateurs et nos portables.

Sur l’intervention en Libye

En Irak d’abord, en Libye ensuite, les interventions armées menées au prétexte d’empêcher les tyrans de tuer leur population ont eu des conséquences désastreuses avec, entre autres, l’émergence de Daech.
L’Irak était une erreur. Pas la Libye. Et la plus grande erreur, celle qui a le plus favorisé l’émergence de Daech, c’est la non-intervention en Syrie.

Ce qui vient derrière un dictateur comme Kadhafi est-il tellement mieux ?
En tout cas, c’est mieux que la Syrie où, je vous le répète, on n’est pas intervenu. Ce sont des Syriens, pas des Libyens, qui accostent tous les jours, en Italie et en Grèce. Quant à Daech, je vous rappelle que les Libyens l’ont eux-mêmes détruit à Syrte et à Derna !

http://www.parismatch.com/Actu/International/Bernard-Henri-Levy-La-plus-grande-erreur-celle-qui-a-le-plus-favorise-Daech-c-est-la-non-intervention-en-Syrie-1499444

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Bernard Henri-Lévy dans le numéro 3597 de Paris Match, en vente depuis jeudi dans les kiosques.

 

9782246816812-J-05.indd

Commander L’Empire et les cinq rois

L’Empire et les cinq rois, 288 pages, aux éditions Grasset, sortie le 4 avril 2018. 

Photo :Bernard-Henri Lévy dans les monts Zartik, au nord-ouest de Mossoul, tenus par les peshmergas, les soldats kurdes irakiens, le 31 août 2015.

 


Classés dans :,