BHL : « La responsabilité, dont je m’honore, c’est d’avoir fait en sorte qu’on ne détruise pas Benghazi en 2011 » (Le Supplément, Canal+, le 6 décembre 2015)

Bernard-Henri Lévy était sur le plateau du Supplément d’Ali Baddou sur Canal +, ce dimanche 6 décembre.

Il était invité à s’exprimer, notamment, sur l’état d’urgence et sur les derniers développement en Libye.

A la question  » vous sentez-vous bien sous l’état d’urgence ? »,  l’écrivain a répondu :

« Nous ne sommes pas dans un régime dictatorial. Moi, je ne me sens pas bien dans un état où il peut y avoir le ce qu’il s’est passé au Bataclan, au Stade de France ou au Petit Cambodge. Je ne me sens pas bien dans un pays où il y a, apparemment, quelques centaines de lieux de prières et de culte où l’on prêche le salafisme. C’est cela qui m’inquiète. Ce ne sont pas les quelques mesures de « sûreté », comme on disait à l’époque de la révolution française, qui ont été prises par le gouvernement. « 

A propos de la situation de chaos en Libye, et à la question « est-ce que vous vous sentez une part de responsabilité? », le philosophe a déclaré :

« La responsabilité, dont je m’honore, c’est d’avoir, en 2011, fait en sorte qu’on ne détruise pas une ville, celle de Benghazi et que l’on empêche que des massacres soient perpétrés dans toute la Libye. Ensuite, que les états, que la France et l’Amérique n’aient pas fait leur boulot, qu’ils s’en soient lavé les mains une fois Kadhafi mort, cela, ce n’est pas tellement de ma responsabilité.. »

http://www.canalplus.fr/c-emissions/c-le-supplement/pid6586-l-emission.html?vid=1338357

 

 

 


Classés dans :,