BHL : Mon pronostic sur l'élection américaine (Le Point, le 9 octobre 2008)

Le bloc-notes de Bernard-Henri LévyRetour de trois semaines aux Etats-Unis en attendant, très vite, d’y retourner. Et, d’ores et déjà donc, à vingt-cinq jours du résultat, un premier bilan d’étape.
Je maintiens, plus que jamais, le pronostic que je faisais, y a maintenant plus de quatre ans, au lendemain de la précédente convention démocrate, quand j’intitulais un texte sur Barack Obama, paru dans le magazine bostonien The Atlantic Monthly : « Un Clinton noir ».
Et je maintiens donc aussi, naturellement, mon pronostic d’il y a six semaines quand j’annonçais, ici même, dans ce bloc-notes, et alors que la plupart des sondages donnaient le résultat inverse, sa très probable victoire sur son adversaire républicain, John McCain.
Non que celui-ci ait démérité.
Non que, notamment dans le premier « grand débat » organisé par CNN et où, sur les questions internationales en tout cas, il a parfaitement tenu son rang de possible président, il ait déçu ses partisans.
Et il n’est pas jusqu’à sa colistière, Sarah Palin, qui, dans son propre débat, la semaine passée, avec l’autre candidat à la vice-présidence, Joe Biden, a montré qu’elle apprenait très vite et qu’elle était déjà loin de l’ex-reine de beauté des premiers jours, bredouillante, mal dégrossie, terrorisée par ses interviewers, accumulant gaffe sur gaffe et brocardée, à ce titre-non sans, d’ailleurs, une violente et insupportable dose de sexisme-par l’ensemble des médias, des sites Internet, des blogueurs ou des humoristes de la toute-puissante Comedy Channel.

Mais il y a trois raisons essentielles qui font que la victoire a, malgré tout, malgré son inexpérience, malgré sa jeunesse, malgré le fond de racisme qui persiste dans la classe moyenne américaine et sur lequel les nouveaux Thénardier de la politique américaine, Hillary et Bill Clinton, n’ont pas manqué d’appuyer lors de la campagne pour la désignation du candidat, il y a trois raisons, donc, qui font que la victoire a de moins en moins de chances d’échapper au sénateur de l’Illinois.
L’immense désir de changement, d’abord, qui s’est emparé d’un pays qui commence de se réveiller, tel un somnambule, du cauchemar des années Bush.
La crise économique et financière, ensuite ; l’impression, pour tout le monde, d’entrer dans une terra incognita où aucune des boussoles anciennes, aucun des instruments de navigation et des repères traditionnels ne sont plus d’aucun secours ; mais le sentiment, quand même, à l’intérieur de ce désarroi partagé, que la foi dérégulatrice qui fut le credo de John McCain pendant ses vingt-deux années au Sénat, sa méfiance de principe à l’endroit d’un rôle accru de l’Etat fédéral dans la conduite des affaires économiques, bref, son côté école de Chicago et conservateur grand teint sont, de toute façon, la pire des solutions.
Et puis la crise morale, enfin, que traversent les Etats-Unis ; cette très profonde crise d’identité, ce vertige , que je me suis, il y a quelques années, essayé à diagnostiquer ; ce communautarisme, cette balkanisation du tissu social, cette distension d’un lien citoyen mis à mal par la nouvelle et ruineuse guerre des mémoires entre communautés hier alliées et aujourd’hui rivales ; bref, cette impossible nation, ce pays-et c’est sa grandeur-sans nom et sans matrice commune auquel Barack Obama, parce qu’il est, je l’ai souvent dit, un Noir canal extérieur, un descendant, non d’une famille d’esclaves nés dans l’Alabama, mais d’un Africain né au Kenya, était le seul des candidats disponibles à pouvoir rendre son assise.

Aujourd’hui donc, j’affine le pronostic.
Obama l’emportera, naturellement, dans son Etat, l’Illinois.
Il l’emportera, naturellement aussi, dans les gros Etats traditionnellement acquis aux démocrates : ceux de la côte Est, type Etat de New York et Pennsylvanie ; ceux de la côte Ouest, tels la Californie ou l’Etat de Washington avec Seattle, sa capitale.
Mais il l’emportera aussi dans la série suivante de « swing states », ces fameux « Etats bascules » où le sort restait, jusqu’à ces derniers jours, très incertain, mais dont je pense qu’ils sont en train de se ranger à ses côtés : le Nevada, la Virginie, le Colorado, le Michigan, la Caroline du Nord, sans doute l’Ohio.
Et il n’est pas exclu, enfin, qu’il l’emporte dans trois Etats, envoyant respectivement 5, 11 et 27 délégués au collège électoral à qui revient, selon la Constitution, d’élire formellement, au lendemain du 4 novembre, le président-trois Etats qui avaient suffi, lors des deux dernières élections, à faire la différence entre George W. Bush et Al Gore puis John Kerry : le Nevada, le Missouri et la Floride.

Voilà.
C’est dit.

Et c’est dire que, si mon pronostic se vérifie, Barack Obama l’emportera très largement sur John McCain, avec une avance d’une bonne centaine de délégués, peut-être 150-et avec les moyens, donc, de remodeler très profondément la plus puissante et, aujourd’hui, la plus vulnérable, des économies-monde.
Pour tous, amis ou pas de l’Amérique, il n’y aurait pas de meilleur dénouement possible.

Bernard-Henri Lévy


Tags : , , , ,

Classés dans :