DIMANCHE PROCHAIN, AU CINEMA "LE SAINT-GERMAIN", UN GRAND DEBAT PUBLIC SUR LOUIS ALTHUSSER

LOUIS AlthusserQui a dit que le coeur du Quartier latin était condamné à ne plus accueillir de vrais échanges intellectuels ? Certainement pas Bernard-Henri Lévy. Car celui-ci s’apprête à intensifier son partenariat entre La Règle du Jeu, et un cinéma de Paris, renommé et quasiment mythique, Le Saint-Germain des Prés, dont la belle salle de 300 places est située à deux pas du Café de Flore et de la brasserie Lipp. En inaugurant, notamment, un cycle de rendez-vous hebdomadaires, les Séminaires de la Règle du jeu, animés par Alexis Lacroix, le philosophe ne veut pas seulement contribuer au décryptage des grandes controverses contemporaines ; il crée surtout, avec ses équipes de la Règle du Jeu, un « labo » d’idées innovant. Un « labo » destiné à refonder une éthique de résistance concrète, élaborée dans le dialogue et la confrontation. Le premier de ces débats aura lieu dimanche 29 mai, de 10 h à 12 h 30. Intitulé « Althusser, le démon de la philosophie », il portera sur le philosophe Althusser, se penchera sur son marxisme original et exigeant, s’interrogera sur son héritage intellectuel, aussi précieux qu’ambigu. Les « Lettres à Hélène« , éditées par Olivier Corpet, le directeur de l’IMEC, relancent toute une série de questions sur le « prince des penseurs », comme le nomme BHL (qui fut son élève, et un très proche, et qui a préfacé le livre) : quel lien a-t–il existé, chez le célèbre « caïman » de la Rue d’Ulm, entre son communisme raffiné et élitiste, sa passion théorique de communiste inflexible, et la folie qui l’a envahi, jusqu’au meurtre de sa femme ? Le démon de la philosophie, dont il a transmis le goût à des cohortes d’élèves et de disciples, a-t-il contenu ou, au contraire, décuplé sa démence ? Cette interrogation-là s’ouvre sur une autre, celle de la fécondité de son héritage, vingt ans exactement après sa mort. Pourquoi le « timonier secret de la nef des fous contemporaines » a-t-il pu s’ériger en instructeur de toute une génération ? Pourquoi est-ce lui qui devait permettre à plusieurs de ses élèves de se lancer dans l’aventure antitotalitaire ? Existe-t-il en fait, dans cette pensée, un noyau encore actuel, des concepts toujours pertinents, une inspiration à ranimer ? Althusser pourrait-il – qui sait – redevenir, en 2011, un professeur de politique ou même de liberté ? Pour y répondre, BHL réunira, ce dimanche donc, plusieurs anciens intimes d’Althusser, l’historien Alexandre Adler, l’historienne de la psychanalyse Elisabeth Roudinesco, et le philosophe et linguiste Jean-Claude Milner, auteur du Périple structural. Leur discussion sera accompagnée de la projection d’archives inédites, présentées par Olivier Corpet. Tout cela promet d’être captivant. Comme je regrette d’être retenue, ce jour-là, chez moi à New York!…

Liliane Lazar

Cinéma Saint-Germain-des-Prés, 22, rue Guillaume Apollinaire, Paris (VIè) Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Renseignements :
redaction@laregledujeu.org
Vingt  places sont réservées aux lecteurs de notre site; il suffit, pour s’inscrire, de communiquer son nom à l’adresse ci-dessus
(redaction@laregledujeu.org) en indiquant la mention « de la part de Liliane Lazar »)


Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :,