L'affaire DSK, débat public, dimanche, au Saint-Germain

dsk-620x216Depuis plus de trois semaines, l’ « affaire DSK » et son retentissement planétaire captivent l’opinion. La Règle du Jeu a choisi d’y consacrer son troisième séminaire, dimanche prochain.

Quels que soient les sentiments intimes – et souvent mêlés – qu’inspirent à chacun l’inculpation de l’ex-président du FMI pour « crime sexuel » par la justice américaine, sa séquestration dans la lugubre prison de Rykers Island puis sa libération sous caution et, ces derniers jours, les premières heures de son procès à la Cour Suprême de l’Etat de New York, une chose est sûre : pour une large fraction de l’opinion, la tragédie à laquelle est mêlé Dominique Strauss-Kahn a la valeur d’un révélateur, d’un formidable écran de projection des passions contemporaines.

Des passions morales, d’abord : la convergence observable entre champions du nouvel ordre moral et avocats d’une transparence inconditionnelle, fait question ; cette alliance, prophétisée sur un mode cocasse par un romancier, Philip Roth, dans La Tache, relève-t-elle d’un réflexe démocratique salubre, ou constitue-t-elle un avatar tardif du maccarthysme ? ;

Des passions sociétales : on a vu se lever quelques voix qualifiées de féministes, interprétant cette affaire comme la confirmation éclatante du “machisme” invétéré des dirigeants français ; pourquoi le monde politique hexagonal affiche-t-il un tel retard par rapport aux élites anglo-saxonnes ? ; existe-t-il un tabou du viol dans la société française ? ; quel regain du féminisme, de ses combats fondateurs et de ses figures de légende peut-on attendre et espérer, aujourd’hui ?

Des passions politiques : les socialistes français ont-ils entretenu des liaisons dangereuses avec l’argent ? ; l’affaire DSK serait-elle la sanction d’une lente dérive « oligarchique » tant de leurs comportements que de leurs conceptions idéologiques ? ; quelle gauche après DSK ?

Des passions transatlantiques : la mise en cause par certains intellectuels et commentateurs français de la « procédure accusatoire » inhérente à la justice américaine était-elle justifiée ? Et le souci qu’ils ont mis à rappeler la présomption d’innocence méritait-elle, quoiqu’il en soit, le battage antifrançais que l’on a pu observer, dès les lendemains de l’inculpation de DSK, dans les colonnes de nombreux journaux américains? ; aux Etats-Unis, dans quel imaginaire vengeur s’inscrit le “french bashing” ?

Des passions psychanalytiques : que révèle la sidération ambiguë du monde entier face au spectacle d’un des hommes “les plus puissants” de la planète, menotté et traqué par les flashs ?

Voici toutes les questions, et quelques autres encore, que La Règle du Jeu va aborder dimanche 12 juin, à 11 heures, au Cinéma Saint-Germain des Prés, 2, rue Guillaume-Apollinaire, Paris VIè

En présence du philosophe Alain Finkielkraut, de la juriste Marcela Iacub, de la présidente de l’association Ni putes ni soumises, Sihem Habchi, et du psychanalyste Alain Didier-Weill

Un débat animé par Alexis Lacroix

Entrée libre. Renseignements : redaction@laregledujeu.org

SEMINAIRE DE LA REGLE DU JEU

Le dimanche 12 juin 2011 à 11 h,
au Cinéma Saint-Germain-des-Prés, 22, rue Guillaume-Apollinaire, Paris (VIè)
sur le thème : QUE NOUS APPREND L’ « AFFAIRE DSK » ?

Avec la participation de :

Alain Didier Weill, psychanalyse et écrivain
Alain Finkielkraut, philosophe, professeur à l’Ecole Polytechnique
Sihem Habchi, présidente de Ni putes ni soumises
Marcela  Iacub, juriste et essayiste

Un débat animé par Alexis Lacroix

contact-réservations : redaction@laregledujeu.org


Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

Classés dans :,