Le 17 novembre 2013 : les écrivains et les intellectuels, Bernard-Henri Lévy en tête, se mobilisent pour Christiane Taubira

Alexis Lacroix, Christiane Taubira et Bernard-Henri Lévy - Séminaire de La Règle du jeu “Affaire Taubira” : les écrivains et les intellectuels se mobilisent - 17.11.2013 - Cinéma Le Saint Germain, Paris - Photo Yann Revol« Face à la banalisation du racisme, face aux injures intolérables, face à une tentative d’animalisation qui relève des procédés les plus classiques du langage totalitaire, la réponse judiciaire est certes indispensable, mais elle n’est pas suffisante », affirmait ainsi la rédaction de La Règle du jeu, dirigée par Bernard-Henri Lévy, en annonçant l’évènement de soutien à Christiane Taubira, ce 17 novembre 2013. En présence de la Garde des Sceaux, les écrivains et intellectuels se sont ainsi réunis pour exprimer leur solidarité, ainsi que leur gratitude envers ce que Bernard-Henri Lévy a nommé une « grande et belle morale républicaine ». Il s’agissait aussi de  comprendre « comment nous avons pu, tous, collectivement, en arriver là ».

Retour sur « L’affaire Taubira » : en novembre 2013, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme condamne les attaques racistes d’une extrême violence dont fait l’objet Christiane Taubira, comme d’autres femmes ministres, dîtes « de la diversité ». L’insulte la plus immonde vient  sans surprise d’une couverture de l’hebdomadaire d’extrême-droite Minute, indiquant en légende d’une photo de la Garde des Sceaux : « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane ». Une certaine atonie d’une trop grande partie de la société civile et de la classe politique dans son ensemble entoure ces faits. Christiane Taubira regrettera d’ailleurs que de « belles et hautes voix ne soient levées ». Ce sera chose faite du côté de la Règle du jeu, emmenée par Bernard-Henri Lévy, qui aura brisé le silence et organisé cette manifestation de soutien : « c’est dans la société tout entière qu’il faut réanimer l’indignation, la colère et la vigilance antiraciste ».

Le , le directeur de l’hebdomadaire était condamné à 10 000 euros d’amende pour sa une, cette condamnation sera confirmée en appel le 17 septembre 2015.

Christine Angot, Yann Moix, Scholastique Mukasonga, Karin Tuil, Tahar Ben Jelloun, Caroline Fourest, Dominique Sopo, Daniel Lindenberg et d’autres, avaient répondu à l’appel de BHL, réunis dans une salle pleine à craquer.

Ce jour-là, Christiane Taubira, interrogée à sa sortie de l’évènement, a conclu : « Je repars avec un renforcement de ma conviction que ce pays a de belles intelligences, une immense générosité, et de grandes énergies. Finalement, tout cela est invincible. C’est une péripétie dont nous devons tirer des enseignements. Finalement, il y a des parenthèses hideuses dans l’Histoire de ce pays mais ce qui est permanent, c’est sa grandeur, sa générosité, sa force ».


Classés dans :,