Le masque de Marine Le Pen (Le Point, le 7 novembre 2013)

BLOC NOTESC’est une histoire bien édifiante.
Voilà des mois, sinon des années, qu’on s’emploie, ici et ailleurs, à montrer que Marine Le Pen n’a pas tant changé qu’elle le prétend.
On décrypte ses propositions, son programme.
On expose ses amitiés, ou ses liens, avec les partis représentants de l’extrême droite européenne.
On rappelle qu’elle n’a jamais pris ses distances avec le style, le parler cru, les provocations antisémites de son ex-président de père.
Or voici qu’en vingt secondes, face à un journaliste -d’Europe 1, Thomas Sotto, qui ne lui tendait même pas de piège, elle déchire elle-même le voile et se tire une balle dans le pied.
Le scénario est simple comme bonjour.
La France vient d’accueillir quatre de ses otages, retenus depuis trois ans par les islamistes d’Aqmi.
C’est un moment, non de consensus, mais d’émotion et de bonheur partagés comme les nations démocratiques en vivent, grâce au ciel, quelquefois.
Le temps des questions, peut-être des débats, viendra – mais l’heure, à cet instant, est à la solidarité avec des familles éprouvées et dont la joie, mêlée de larmes, bouleverse le pays tout entier.
Et voici donc Mme Le Pen qui, au lieu de partager cette émotion, au lieu de se réjouir, comme nous tous, de voir le pays qu’elle prétend aimer récupérer quatre de ses enfants, au lieu de se demander, comme la responsable politique qu’elle essaie désespérément de devenir, dans quel état de détresse physique, psychologique, morale, on sort d’une telle saison en enfer, prononce une phrase bizarre, une toute petite phrase, mais très bizarre, où il est question de la taille de leur barbe, du style de leur couvre-chef, et non de la joie, mais du « malaise » qu’elle dit avoir ressenti en les voyant revenir à la vie.
Mme Le Pen, ce faisant, et suggérant qu’il se pourrait bien que nos quatre concitoyens nous soient revenus « islamisés », a montré qu’elle voyait trop de séries américaines – en particulier « Homeland » où le héros, prisonnier en Irak, est « retourné » par ses ravisseurs et revient, endoctriné, préparer un attentat dans son pays.
Mme Le Pen, ce disant, et faisant état de son « étonnement » face à l’image « étrange » de ces quatre hommes qui n’ont pas eu trop le temps, il est vrai, de penser à leur habillement depuis trois ans, a montré que son conspirationnisme, son obsession des choses cachées et des complots, son sentiment maladif qu’« on ne nous dit pas tout » et que l’essentiel des choses se trame toujours « dans notre dos » sont décidément sans limites – cette forme de paranoïa étant au cœur du tempérament extrémiste dont elle prie, soir et matin, qu’il sorte du corps de son parti, ne vient-elle pas, sur ce point aussi, de se trahir ?
Mme Le Pen, en sommant ces quatre hommes de « s’expliquer », oui, « s’expliquer », c’est bien le mot qu’elle a choisi, ils avaient à peine mis le pied sur le sol national, ils avaient à peine eu le temps d’embrasser leurs mamans et leurs fiancées, ils n’étaient même pas encore capables, pour deux d’entre eux, de regarder en face la lumière du jour, qu’ils lui devaient déjà, à elle, commissaire Le Pen, « quelques explications » – Mme Le Pen, donc, en prononçant ces mots, Mme Le Pen, donc, en se permettant cette injonction, Mme Le Pen, donc, en transformant quatre rescapés en suspects qui lui devaient des comptes, à elle, la bien informée Mme Le Pen, a fait montre d’une brutalité, d’une cruauté, d’une insensibilité au malheur d’autrui qui glacèrent les sangs des Français.
Mme Le Pen, enfin, avec ces « soupçons » dont l’indécence le disputait au ridicule et le ridicule à l’indécence, vient de gravir un nouveau degré sur l’échelle de cet effroi identitaire qui est le carburant d’un racisme dont elle prétend vouloir se déprendre mais qui, hélas pour elle, lui colle à la peau et prend des proportions de plus en plus délirantes : elle en était à l’« Occupation », elle craint maintenant l’« Infiltration » ; on l’avait quittée voyant dans les prières de rue d’énormes « provocations » singeant, les « blindés » en moins, l’Occupation par le nazisme – on la retrouve hantée par un islam caché, intérieur, devenu comme un insidieux et presque indétectable poison ; 5 millions de musulmans visibles, cela la terrifiait déjà – mais quid de musulmans invisibles ? quid d’un islam sous les chèches et dans les têtes ? quid de cet islam imperceptible, reconnaissable à la coupe d’une barbe dont elle imagine sans doute que nos otages n’avaient rien de mieux à faire que de s’exercer à bien la tailler ? et qui, à partir de là, quel « bon et faible Français », peut se dire à l’abri de cette corruption secrète, de cette lèpre contagieuse et toute-puissante puisque ayant eu raison de quatre hommes de fer qui ont traversé le pire et y ont survécu ?
On ne sait jamais, n’est-ce pas, par où la bêtise vous rattrape.
On se bricole un personnage, un sourire, des postures, des verrous.
Mais l’inconscient est là, qui veille et se venge – un dérapage, un lapsus et, de même qu’il n’y a pas un régime qui, selon un grand écrivain que devrait relire, ou lire, Mme Le Pen, résiste à deux minutes de vérité, il n’y a pas une construction qui résiste à la vérité d’un masque qui craque.
A la fin, vous verrez, c’est toujours le mensonge qui perd.

Bernard-Henri Lévy


Tags : , , , , , ,

Classés dans :