Pourquoi et comment les talibans peuvent être vaincus en Afghanistan (Le Point, le 24 septembre 2009)

Retour en Afghanistan avec un groupe de journalistes emmenés par le ministre de la Défense, Hervé Morin. Vision limitée puisque ne concernant que les vallées de Surobi et de Kapisa. Mais observations, néanmoins, précieuses car en rupture avec ce que l’on entend presque partout.

Première étape, Tora, fortin posé dans la caillasse, à 20 kilomètres de Kaboul. Accueil par le colonel intello Benoît Durieux, patron du régiment et auteur d’un excellent « Relire “De la guerre” de Clausewitz ». Mouvement vers Surobi, où nous attend l’assemblée des malek, des sages de la région, pour l’inauguration d’une petite école de garçons. Et échange de discours sur le thème de l’alliance franco-afghane face à la poussée des talibans. Le nombre de blindés mobilisés pour le déplacement, l’extrême nervosité des hommes, ainsi que le vol en rase-mottes, parfois à 10 mètres du sol, de l’hélicoptère Caracal qui nous a conduits ici de bon matin, ne laissent pas de doute quant au sérieux de la menace. Mais pas de doute non plus sur le fait que la stratégie des militaires repose sur une idée simple et qui n’a pas grand-chose à voir avec la caricature donnée dans les médias : montrer qu’on est, certes, là pour faire la guerre mais que cette guerre a, aussi, pour enjeu la sécurité, la paix, l’accès aux soins et au savoir d’une population dont la coalition est l’alliée.

Fort Rocco, au cœur de la vallée d’Uzbeen, 10 kilomètres en amont du point où ont trouvé la mort, en août 2008, les dix légionnaires du RPIMA. C’est un autre fort de western, encore plus isolé, entouré par les montagnes. Les 159 hommes du capitaine Vacina y logent dans des tentes renforcées de contreplaqué en prévision de l’hiver. A peine s’y sont-ils installés, raconte Vacina, qu’arrivent les élections, le pilonnage taliban des bureaux de vote, la riposte des forces régulières afghanes appuyées par les légionnaires – et l’incroyable spectacle, alors, des paysans qui viennent voter dans le fracas des bombes et de la mitraille. Force d’occupation, vraiment ? Néocolonialisme, disent les idiots utiles de l’islamo-progressisme ? Les armées, comme les peuples, ont un inconscient. Et je ne nie pas que la tentation puisse exister. Mais ce que j’observe là c’est, pour l’instant, ceci : une force militaire qui vient pour, littéralement, permettre aux gens de voter et qui est donc là, non moins littéralement, en renfort d’un processus démocratique.

Tagab, au cœur de la vallée de Kapisa, plus au nord, où je retrouve le colonel Chanson qui se souvient de m’avoir, il y a quinze ans, jeune Casque bleu à Sarajevo, bloqué l’accès au mont Igman. Même configuration qu’à Rocco. Même paysage de montagnes avec, en contrebas, une vallée verdoyante mais infestée de groupes armés. Le fort a été bombardé hier. Deux jours plus tôt, une attaque plus dure a provoqué une sortie. Et Chanson de raconter la montée vers la position adverse ; l’occupation des deux crêtes ; l’accrochage de la colonne, au retour, par une unité djihadiste ; le combat, très dur ; et la déroute, enfin, des assaillants. Bilan de l’opération, demandons-nous ? Nombre exact des victimes ? Justement… Il sourit… « Je suis, et resterai, le seul, ici, à le savoir. Car voici un autre principe. Chaque taliban tué égale un nouveau taliban qui naît. Chaque victoire claironnée provoque, mécaniquement, humiliation et vendetta. En sorte que gagner ne doit plus signifier tuer mais rester, juste rester – être juste le dernier à rester sur le terrain et le montrer. »

Nijrab, 18 kilomètres au nord, toujours dans la Kapisa. C’est là, dans ce quatrième fort, qu’est stationné le 3e bataillon de l’armée nationale afghane commandé par le colonel Khalili. Je me souviens comment, dans mon « Rapport afghan » de 2002 commandé par Jacques Chirac, ma première recommandation était : aider à la constitution d’une armée nationale afghane et lui laisser, dès que possible, la responsabilité d’isoler, puis de défaire, les néofascistes talibans. Eh bien, c’est ce qui est en train de se passer si j’en crois les explications de Khalili. C’est à lui que revient l’initiative des sorties. C’est lui qui décide, ou non, de requérir le renfort du bataillon français. Et c’est sous son commandement que sont placés les fameux « conseillers » américains dont me parlait, un peu plus tôt, le colonel américain Scaparotti. De nouveau, le contraire du cliché. De nouveau, l’inverse de l’image convenue d’une guerre franco-américaine dont les Afghans ne seraient que les figurants.

Bagram, enfin. La base américaine de Bagram. La terrible prison secrète, impossible à approcher, à 200 mètres de l’endroit où je me trouve. Et les 42 hommes du détachement français Harfang chargés, cette fois, des deux drones SIDM, pilotés depuis le sol par des navigants formés sur Mirage et fournissant aux troupes toutes informations susceptibles de réduire la part d’aléa des opérations. Image d’une guerre « technique » fondée sur une extrême économie de moyens. Conflit de « basse intensité » dont chacun est bien conscient que l’issue ne peut être seulement militaire. Et tendance au « zéro mort », tant pour l’adversaire que pour les soldats de la coalition elle-même. Je n’ai pas tout vu, naturellement. Mais ce que j’ai vu, c’est ceci. Une guerre moche, comme toutes les guerres ; mais une guerre juste ; moins mal engagée qu’on ne le dit ; et que les démocrates afghans peuvent, avec leurs alliés, gagner.

Bernard-Henri Lévy


Tags : , , , ,

Classés dans :