Le journaliste Roman Protasevich arrêté en plein ciel par le régime biélorusse de Loukachenko

Roman Protasevich

« Le sort du journaliste de Bélarus, Roman Protasevich, glace les sangs. Arendt disait que le propre du totalitarisme, c’est qu’il n’y a pas un endroit sur la terre où l’on est à l’abri. Loukachenko et Putin raffinent le concept: pas un endroit, non plus, dans le ciel ! » a réagi Bernard-Henri Lévy à l’annonce de l’arrestation de Roman Protasevich, journaliste de 26 ans, à bord du vol reliant Athènes et Vilnius mais contraint d’atterrir à Minsk dimanche. 

Roman Protasevich, est l’ancien rédacteur en chef de l’influent média d’opposition biélorusse Nexta et réside en Pologne. En novembre, les services de sécurité (KGB), hérités de la période soviétique, avaient inscrit son nom et celui du fondateur de Nexta, Stepan Poutilo, sur la liste des « individus impliqués dans des activités terroristes ». Nexta a joué un rôle clé dans la récente vague de contestation à la réélection en 2020 du président Loukachenko, qui occupe ces fonctions depuis 1994.

Cette arrestation a suscité l’indignation de pays occidentaux et de l’Otan, et l’Union européenne a agité la menace de nouvelles sanctions à l’encontre de la Biélorussie.

La cheffe de l’opposition bélarusse en exil, Svetlana Tikhanovskaïa, a appelé mardi 25 mai les États-Unis et le G7 à l’action contre le régime d’Alexandre Loukachenko.

Bernard-Henri Lévy avait rencontré l’opposante en Août 2020. Au cours de leur rencontre à Vilnius, dans un lieu tenu secret, l’écrivain et philosophe lui avait fait part de sa mésaventure en amont de cet entretien lituanien :

« Je voulais, avant Vilnius, passer par Minsk, capitale de cette Biélorussie insurgée. Or je me présente, à Charles-de-Gaulle, au comptoir d’enregistrement de Belavia, la compagnie nationale. Et là, scratch! Alerte dans les ordinateurs! Il apparaît que mon nom est marqué « indésirable » et frappé d’une interdiction d’embarquer! Et pourquoi? Parce que la Russie, il y a six ans, au moment du Maïdan ukrainien, m’a mis sur liste noire et que la Biélorussie, côté officines, FSB, KGB et coups tordus, c’est la Russie… Est-ce qu’il n’y a pas là, dis-je, une petite leçon de choses politiques? Et n’est-ce pas une preuve supplémentaire du double jeu de Loukachenko qui, un jour, fait le matamore face à Poutine et, le lendemain, l’appelle à son secours comme les hommes de fer polonais ou tchèques appelaient, jadis, Brejnev? »

Loukachenko. Caricature de Yuri Pogorelov. Mai 2021.


Tags : , , , , , , ,

Classés dans :