La France est en péril. Un quart de nos compatriotes ont voté pour le pire. Ils ont choisi le parti, non seulement de l'anti-Europe, mais de l'anti-France. Ils ont fait le pari, non d'une autre politique, mais du nihilisme, de la haine, et de la destruction méthodique de ce qui fait lien entre les Français. Mme le Pen, on ne le rappellera jamais assez, est l'héritière d'une longue tradition de défaitistes, de traitres à notre histoire, d'admirateurs et alliés des dictateurs, qui ont fait le malheur de la France. Hier soir encore, en ce funeste 25 mai qui restera dans les annales comme un jour de chagrin et de pitié, elle et ses acolytes cachaient mal leur impatience de mettre…